Trouver et valider une idée d'entreprise

Trouver et valider une idée d'entreprise

Temps de lecture estimé: 13min

 

On dit que pour créer une entreprise il faut commencer par avoir une idée, et c’est souvent le principal point de blocage des aspirants entrepreneurs.

C’est en partie vrai, mais en fait des idées il y en a tout le temps. Il y a celles auxquelles on pense en rencontrant un problème, celles qui nous tombent sous le nez en papillonnant sur internet, celles que nous propose un ami dans une conversation de fin de soirée… Le plus important c’est d’être dans l’état d’esprit de reconnaître ces opportunités, les considérer et les étudier en détails.

Dans notre cas, des idées il y en a eu beaucoup avant d’en trouver une prometteuse et de la valider, voici comment cela s’est passé.

 

1. L’idée

1.1. Un terreau propice

Pour avoir l’idée, le plus important pour moi c’est d’être dans de bonnes dispositions pour la reconnaître quand elle arrive et d’avoir envie de la réaliser.

 

Plage de Redondo Beach, Californie

Photo prise près de chez nous à Redondo Beach

En décembre 2021, nous sommes en Californie depuis déjà 5 ans et baignons dans l’esprit entrepreneurial américain. Sans revenir sur ses inconvénients (il y en a…), la volonté de créer un business est partout et alimente le fameux rêve américain.

A la télévision, des émissions grand public vont parfois très loin dans les analyses techniques : nous regardions souvent Shark Tank où de jeunes entreprises fond des pitchs de levée de fond, et The Profit où Marcus Lemonis redresse des enseignes en faillite en détaillant et explicitant ses décisions.

The Profit, émission américaine sur la croissance de business

Marcus Lemonis

Dans notre entourage, plusieurs personnes se sont lancées à leur compte ou ont un side-business, c’est-à-dire leur propre entreprise en parallèle de leur travail. D’autres ont des histoires impressionnantes de démarrage d’activité de dropshipping (revente directe de produits, souvent via Amazon). Ces personnes-là sont les premières à vous encourager en toute sincérité de vous lancer aussi, surtout quand vous êtes un minimum diplômé et dégourdis.

L’environnement, voir des gens qui n’ont pas l’air meilleurs que nous réussir, tout ça fait que l'on pense également à créer son entreprise. J’ajouterai que de travailler en totale autonomie depuis la maison a accentué l’idée que nous en sommes capables.

L’idée de faire du dropshipping depuis le Brésil (d’où ma femme et co-fondatrice est originaire) est revenue plusieurs fois sur la table de notre salle à manger mais nous n’avons jamais réussi à la valider. L’envie de programmer un site internet ou une application a plusieurs fois surgi mais s’est toujours arrêtée quelque part entre le simple « pourquoi pas », la réservation du nom de domaine ou quelques lignes de codes. Un de mes projets, www.bookmakerz.com est allé un peu plus loin mais c’est une autre histoire.

 

Petit à petit et en partie inconsciemment, nous avons constitué la checklist de l’entreprise que nous avons envie de créer :

  • Fabrication d’un produit physique : pas une entreprise digitale ni du dropshipping, nous voulions des machines, assembler nous-même, industrialiser nos processus et à terme recruter
  • Démarche éco-responsable : hors de question de lancer un produit polluant ou fabriqué en grandes quantités en utilisant beaucoup d’énergie
  • Entreprise en France : pour retourner près d’une partie de notre famille et exprimer fièrement les valeurs sociales et écologiques qui nous tenaient à cœur (plus difficile aux États-Unis ou même au Brésil)

 

Nous sommes prêts.

 

1.2. Les événements déclencheurs

Notre calendrier de recherche d’idée s’est essentiellement accéléré en août 2021 quand ma femme a perdu son visa et avec son emploi. Sous l’effet du Covid-19, de l’administration Trump et du peu de support des responsables RH de mon travail, le renouvellement de son visa L2 s’est retrouvé indéfiniment suspendu.

Nous avons étudié plusieurs options mais l’idée a fini par venir en décembre 2021 à l’occasion des 5 ans de notre mariage et de nos noces de bois.

Pour compenser des noces de cire un peu perturbées et une situation difficile, je veux marquer le coup avec un cadeau en bois original et personnel.

 

Un produit est revenu régulièrement et sous plusieurs formes au cours de mes recherches : les cartes topographiques en bois.

 

Sélection de cartes topographiques en bois américaines

Sélection de cartes topographiques en bois qualité moyenne

 

En tant que cadeau, il est intéressant parce qu’il présente des options de personnalisation et ressemble à un cadeau que nous avons reçu et affiché chez nous (la carte des étoiles le jour de notre mariage). Et puis personnellement j’ai toujours beaucoup aimé les cartes, ma femme m’a longtemps reproché d’avoir passé plus de temps à dessiner un guide cartographique détaillé pour les invités qu’à réellement préparer ce fameux mariage.

Ce qui m'empêche d'en acheter une c'est le prix relativement élevé pour la qualité proposée : la grossièreté du bois, les marques de brûlures et la fabrication en Chine me découragent.

 

En revanche, les prix du marché et le grand nombre d’entreprises présentes nous font réfléchir aux moyens de corriger ces défauts.

 

1.3. L’attrait

Assez vite, cette idée coche toutes les cases et plus encore.

Tout d’abord, c’est un produit physique que l’on pense pouvoir assembler nous-même. Certes, il y a la nécessité d’utiliser une machine de découpe (fraiseuse ou au laser) mais ma femme et moi avons l’expérience nécessaire pour cela.

Ensuite, la conception nécessite des données géographiques la plupart du temps libres d’accès et l’idée de devoir programmer des modèles cartographiques en 3D me plait énormément.

Puis le bois, c’est le matériau naturel par excellence, et avec quelques efforts au niveau des approvisionnements nous devrions pouvoir en faire un produit éco-responsable. C’est une anecdote, mais mon grand-père était menuisier et de penser que moi aussi j’allais travailler le même matériau nous indique que les planètes s’alignent.

 

Les possibilités de diversification sont également importantes : avec une machine de découpe et un approvisionnement en bois, nous pouvons développer des produits différents et complémentaires de la carte topographique.

 

Enfin, pouvoir fabriquer et commercialiser nous même un produit que l’on trouve tout simplement « beau », cela se rapproche fortement de la définition du bonheur professionnel.

Nous suivons donc cette piste et entamons sa validation de points de vue commerciaux, techniques et financiers. Au nouvel an nous avons déjà décidé que quoi qu’il arrive, nous rentrerons en France et lancerons notre entreprise en 2021.

 

2. Validation du marché

2.1. Étude quantitative

J’analyse d'abord le marché à la manière d’une étude de cas pour consultants et avec quelques questions simples :

  • Qui sont les acteurs ?
  • Où sont-ils situés ?
  • Quels sont leurs facteurs différenciants ?
  • Quel est le prix du marché ?

Je liste ainsi toutes les entreprises fournissant des cartes topographiques en notant à chaque fois leurs caractéristiques : personnalisables ou non, type de matériau et processus de découpe utilisés, niveau de détail, dimensions. Je réalise également une étude plus subjective sur la qualité des produits et enfin note les prix.

Les premiers résultats sont intéressants :

  • Il y a plus d’une douzaine d’entreprises réalisant ce type de produits : la plupart aux États-Unis (souvent en sous-traitant en Chine), ma préférée en Australie et encore une en Angleterre
  • Il n’y a aucune entreprise réalisant ce type de produits en France 

Cela signifie qu’il existe un marché significatif pour le produit et qu’il est probablement sous-exploité en France. Aux niveaux de prix pratiqués pour un produit naturel et illustrant des régions géographiques, une production locale est un facteur clé de succès.

En parallèle, nous regardons bien sur le marché de manière plus globale spécialement dans le contexte post-pandémie. Que ce soit au niveau de la décoration d’intérieur, des produits en bois ou des ventes en ligne tous les indicateurs sont franchement au vert et nous ne attardons pas.

 

2.2. Étude de prix et étude qualitative

Pour les prix, mon intuition est qu’ils dépendent essentiellement de la taille du tableau et donc toujours dans le même document je note les surfaces des œuvres. J’en tire une matrice prix / surface qui me permet de définir les prix de départ pour nos produits.

Graphique de l'étude de marché des cartes topographiques en bois

Matrice d'étude du prix des tableaux topographiques sur le marché

Pour réaliser ce type de graphe, j’ai utilisé un nuage de points XY sur Microsoft Excel et ajouté les données compétiteur par compétiteur afin d’avoir une courbe liant les points. Je partagerai le fichier source avec plaisir si quelqu’un souhaite le réutiliser.

J’en profite pour prendre des notes sur les commentaires utilisateurs : les principaux problèmes sont liés à des impacts lors du transport et la mauvaise surprise de voir une étiquette « made in China ».

 

2.3 Étude détaillée d’un des acteurs

Beaucoup d’entreprises sur un marché c’est plutôt le signe qu’il y a beaucoup de ventes, mais la plupart des acteurs identifiés sont de petite taille et il est difficile de chiffrer les niveaux de vente espérés.

Je recherche par plusieurs moyens sur internet des informations de chiffre d’affaires sur les entreprises, j'évite les rapports payants génériques, et finalement je n’ai que très peu d’indicateurs concrets.

 

Et puis je remarque que des données clés sont disponibles sur ETSY : le nombre total de ventes, le détail des produits vendus, les commentaires utilisateurs datés en lien avec le produit vendu.

Je programme rapidement en Python un aspirateur de données et compile les ventes par produit. Pour l’entreprise sélectionnée, ma chance est qu’ils ont un très grand catalogue avec certains produits peu vendus : à chaque fois que quelqu’un commente un de ceux-là, cela donne un marqueur temporel qui permet de recaler toute la chronologie des ventes.

Graphique de l'évolution estimée des ventes d'un concurrent

 Évolution des ventes d'un concurrent sur ETSY

J'obtiens ainsi une évolution des ventes réalistes et un chiffre d’affaires cible que je pourrai justifier par la suite lors de la présentation du projet.

Cette étape est ultra-importante et je la recommande à quiconque réalise une étude de marché. En plus de donner une confiance quantitative dans les chances de succès du projet, elle me permet d’enregistrer des informations très détaillées sur ce compétiteur : ses régions et produits les plus vendus, les commentaires récurrents…

Il existe des tutoriels sur internet pour aspirer les ventes ETSY mais aucun n’est 100% fonctionnel. Étant donné la légalité relative du processus je ne partagerai pas mon outil mais reste à disposition pour répondre à des questions sur le processus.

 

2.4 Conclusion et réflexions a posteriori

Début 2021, cette analyse de marché nous conforte dans l’idée que le produit choisi a un public potentiel et un avenir en France.

A posteriori, et après avoir beaucoup plus appris en marketing et lancement de produit notamment grâce aux formations de l’Antichambre de Germinal, je me rends compte que quelques étapes supplémentaires auraient été bénéfiques.

En particulier, nous aurions pu pré-lancer le produit, être plus incisif dans le questionnement du marché français en participant à des conversations en ligne, et tout simplement plus présents.

Je pense que nous avons perdu quelques semaines voire mois sur le lancement en sautant ces étapes, mais vu notre charge de travail à cette époque je ne sais pas si nous aurions réellement pu faire plus.

Pour référence voici un lien vers l’antichambre de Germinal qui propose les cours les plus complets que j’ai trouvés. J’ai eu la chance d’en bénéficier gratuitement en tant que bêta-testeur et vous encourage également à suivre individuellement leurs employés sur LinkedIn, ils donnent beaucoup d’information.

Logo Germinal

https://antichambre.germinal.io

 

3. Validation technique

Nous identifions 2 obstacles potentiels à la fabrication du produit et nous nous assurons de les traiter avant d’aller plus loin sur le projet :

  1. La conception des cartes topographiques
  2. La découpe du bois et son assemblage
 

3.1. Conception technique

Être à l’aise en programmation me permet d’adresser le sujet bille en tête et m’atteler à dessiner une carte de contours topographiques le plus rapidement possible.

Très vite, les données satellites Open Source de la mission SRTM de la Nasa apparaissent comme le point de départ idéal : en ayant des données brutes, gratuites et relativement précises on peut en faire ce que l’on veut sans dépendre des transformations d’outils ou services tiers.

Je finis par réaliser que mes compétences géomatiques sont insuffisantes pour comprendre tous les sujets. Après quelques recherches de cours en ligne techniques, je trouve Earthlab

Logo EarthLab

Ce site propose un ensemble de modules et tutoriels gratuits qui sont exceptionnels par leur qualité et niveau d'explications. Les suivre me permet de me familiariser avec des notions essentielles de reprojection dans des référentiels de coordonnées spatiales (CRS) différents, de trames (rasters) et parfois tout simplement de géométrie.

Ci-dessous les 2 ressources que j’ai le plus utilisées :

Mes premiers rendus de l’île de la Réunion (qui a un relief très reconnaissable) me permettent de valider la faisabilité théorique du projet.

Rendu topographique de l'île de la Réunion, transformation par ordinateur des données satellites en courbes iso-altitude

 Données d'élévation de l'île de la Réunion traitée en Python

 

Pour concevoir les plans de découpes et les cartes dans des délais raisonnables il me faut toutefois aller plus loin. C’est l’occasion parfaite de ré-utiliser Blender, un logiciel 3D de conception 3D fantastique. Cela faisait 10 ans que je ne l’avais pas ouvert, mais à une époque je passais beaucoup de temps à créer des scènes et participer à des concours. Il y a même quelque part sur Dailymotion un court métrage que j’ai réalisé en 2007 avec des amis.

Bref, retravailler avec Blender c’est encore un signe que ce projet va dans la bonne direction et je trouve rapidement les ressources me permettant de directement manipuler les données satellites d’élévation. Le plugin BlenderGIS (https://github.com/domlysz/BlenderGIS) permet d'importer ces données et les 2 tutoriels ci-dessous sont été d’une grande aide (et très inspirants en termes de cartographie artistique) :

Ces premiers essais me permettent de valider avec confiance et beaucoup de plaisir la partie conception des tableaux malgré un PC peu puissant. La technique évoluera par la suite mais les fondamentaux sont là.

Rendu 3D sous Blender du relief du lac de Serre-Ponçon
Aperçu du modèle d'élévation sous Blender
 

3.2. Découpe et assemblage

    Nous décidons d'opter pour la découpe laser pour la finesse du rendu final et le temps de production par rapport au coût de la machine.

    Nous suivons de nombreux tutoriels en ligne mais ne réussissions pas à faire un test concret (essentiellement à cause du covid-19, la plupart des cours sont fermés) avant de prendre la décision de se lancer. Nous réservons tout de même des cours physiques pour avril ce qui nous permettra de réagir à temps en cas de problème majeur.

     

    3.3. Conclusion

      Cette première analyse de faisabilité technique nous conforte dans notre décision. A posteriori, nous pensons que c’était la bonne approche.

       

      4.  Validation financière

      L’étape la plus importante est pour la fin de cette publication mais elle a été commencée en première et suivie en parallèle des autres.

      Notre hypothèse de départ est que le prix des tableaux rencontrés rend compétitive leur fabrication en France. Nous étudions donc les coûts, les investissements initiaux et définissons les seuils de rentabilité.

       

      4.1     Investissements matériels

      L’un de nos critères principaux pour le lancement du projet entrepreneurial est de pouvoir le financer en fonds propres avec les économies réalisées en travaillant aux États-Unis. Cela nous permet de cadrer notre budget dès le départ.

      Nous nous rendrons compte par la suite qu’il est facile et préférable de recourir à un crédit professionnel pour ces achats matériels initiaux.

      Dans notre cas, le poste principal d’investissement matériel est la machine de découpe laser. Il est difficile de trouver des prix précis en ligne pour ce type d’équipement industriel et il existe des gammes très différentes. Globalement, nous retenons l’idée qu’entre 10k€ et 20k€ nous pourrons trouver une machine aux caractéristiques techniques désirées (essentiellement en termes de dimensions de la zone de découpe).

      En ajoutant les coûts de mobilier et d’informatique, du stock et les frais de démarrage plus quelques provisions nous restons dans le budget prévisionnel sans risque majeur de dépassement.

      Toutes ces hypothèses sont consignées et régulièrement mises à jour dans un fichier Excel.

      Par la suite, nous réaliserons un prévisionnel et un plan de financement plus formels mais pour le démarrage c’est suffisant.

       

      4.2     Coûts de production

      Calculer les retours sur investissements, les coûts de production, pour être tout à fait transparent cela a été mon travail pendant des années dans l’aéronautique.

      En ayant l’opportunité de faire ces calculs pour mon propre projet je construis un fichier Excel modulaire qui me permet de faire évoluer les hypothèses facilement tout au long du projet.

      Le schéma ci-dessous illustre le fonctionnement du fichier, à la fois complexe et simple : en conservant des modules séparés, toute modification permet de directement mesurer les impacts sans effort.

       

      Schéma de fonctionnement de l'outil de suivi du projet BOILISÉ

       Illustration de l'architecture du fichier clé de développement de projet

      Par exemple, si après avoir recherché des fournisseurs de bois nous en trouvons un nouveau qui propose des feuilles de dimension et prix différents. Il nous suffit de renseigner les données dans l’onglet « Sélection du bois » et les modifications se répercutent automatiquement sur les autres onglets jusqu’aux analyses financières : les coûts directs peuvent être à la fois impactés par le changement de prix et les conséquences du changement de dimensions (pour une feuille plus grande, moins d’opérations manuelles par exemples).

      Grâce à ce fichier nous avançons dans les recherches de fournisseurs, l’enregistrement des hypothèses initiales et leur évolution. Il ne remplace pas un prévisionnel ou compte de résultat, mais il permet de faciliter leur préparation surtout ou moment ou les données changent régulièrement.

      Pour ceux qui seraient intéressés, je peux mettre à disposition une version de ce fichier Excel.

       

      4.3     Seuils de rentabilité

      Lancer un produit sur un marché où il n’existe pas encore c’est plutôt positif, mais ça rend plus délicates les prévisions de ventes. Pour éviter de partir sur des bases trop irréalistes dans un sens ou dans l’autre, nous regardons le projet sur la base de seuils de rentabilités : à partir de quel volume de ventes mensuelles nous pourrons payer les frais fixes, nous rémunérer, recruter des employés, etc.

      Nous comparons ces seuils avec les capacités de production, pour être certain qu’en grossissant nous allions pouvoir dégager de la marge. Le graphe ci-dessous illustre le résultat de l’analyse (et fait partie de notre fichier Excel donc il évolue en temps réel).

      Graphique de l'analyse de rentabilité estimée du projet BOILISÉ

      Les niveaux de ventes associés aux deux points d’équilibres nous paraissent raisonnables au vu de ce que les acteurs du marché réalisent visiblement.

       

      5.  Suite

      Avec ces éléments en main nous sommes convaincus d’avoir trouvé l’opportunité tant attendue pour créer notre entreprise. Il y allait certes y avoir besoin d’affiner les hypothèses, ajuster nos modèles mais l’essentiel est là. Et puis surtout on prend beaucoup de plaisir à faire évoluer le projet et il devient quasi-impossible de revenir en arrière.

      Pour se lancer définitivement, il nous faut commencer à préparer notre retour en France : le 2 mars 2021, nous achetons nos billets pour un retour simple.

       

      Je raconterai la suite dans une deuxième partie.

       

       

      Laisser un commentaire

      Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.